Des forêts de bouleaux et de pins enneigées, des températures pouvant descendre jusqu’à moins 35 degrés et un lac gelé recouvert d’une couche de glace de 60 centimètres d’épaisseur : voilà la surface de conduite idéale pour nous servir de piste d’essai dans des conditions de conduite hivernale. Sur ce terrain d’essai situé près du cercle polaire arctique, les ingénieurs de SEAT mènent chaque année jusqu’à 90 voitures à leurs limites à l’aide d’essais de sécurité dans des conditions hivernales extrêmes. Voici les essais hivernaux les plus extrêmes auxquels la SEAT Ateca FR a été soumise.

  • Contrôle de stabilité : L’essai de sécurité automobile dans des conditions hivernales est effectué sur une piste circulaire sur la surface gelée d’un lac de 6 kilomètres carrés. Les bords extérieurs de la piste sont moins lisses afin de dévier les voitures testées de leur trajectoire. Le système antipatinage de la voiture est désactivé à différents stades et, sur certains modèles, celui-ci est même complètement désactivé pour permettre une conduite plus sportive. En cas de déviation du véhicule, le système ESC (contrôle de stabilité électronique) contrôle les roues afin de corriger sa trajectoire.

150 techniciens et ingénieurs, 60 essais, 30 000 km et quatre mois de travail dans des conditions extrêmes sont nécessaires pour évaluer la performance des voitures.

  • Essai de freinage : 200 mètres de pistes avec deux surfaces différentes, l’une glissante et l’autre adhérente. L’une des voies est chauffée à 10 degrés pour empêcher l’asphalte de geler, tandis que l’autre est refroidie à -16 degrés pour conserver le verglas. Cet essai dans des conditions extrêmes permet aux ingénieurs de mieux calibrer le système ABS, qui aide le conducteur à contrôler la stabilité du véhicule dans les conditions les plus extrêmes.
  • Essai d’admission d’air : Cet essai a pour objectif de vérifier que le filtre à air du moteur ne se bloque pas lorsque vous conduisez dans un nuage de neige derrière un autre véhicule. Deux voitures roulant à une vitesse de 80 km/h sont nécessaires pour simuler ces conditions extrêmes. Le premier véhicule crée le nuage de neige et celui qui le suit effectue l’analyse en récupérant la neige dans un cylindre de mesure fixé à l’avant de la voiture. Selon la quantité de neige récoltée, les résultats sont validés ou corrigés. Pour cet essai, les deux voitures conduisent pendant 50 km en restant éloignées d’une distance de 40 mètres.

Chaque année, jusqu’à 90 voitures se mesurent à la neige, au verglas et à des températures pouvant descendre jusqu’à -35 degrés.

  • Analyse des bruits de contact : Le conducteur, généralement accompagné d’un deuxième technicien, tente de détecter les bruits qui pourraient gêner les passagers et de déterminer l’origine de ces bruits. En raison du froid, certaines des trois mille pièces d’une voiture se contractent et peuvent provoquer ces bruits lorsqu’elles entrent en contact. Afin d’analyser le niveau de bruit, les voitures doivent rouler sur plusieurs types de surfaces à différentes vitesses. Une des variantes de cet essai consiste à conduire plusieurs fois la voiture sur une piste de 30 mètres bordée de bandes rugueuses à une vitesse comprise entre 20 et 30 km/h.
  • 30 000 km d’utilisation intensive : C’est la distance parcourue par les véhicules lors de l’essai de durabilité, qui permet d’analyser l’usure que ceux-ci doivent supporter au fil des ans. Dans ce cas, les voitures sont conduites sur de vraies routes qui sont généralement couvertes de neige et de verglas. Au cours de l’essai, les conducteurs enregistrent les performances de la voiture et les informations recueillies sont ensuite analysées par nos ingénieurs.

Cet essai a pour objectif de garantir le bon fonctionnement de chaque système avant qu’une voiture ne soit lancée sur le marché.

Ces essais ne sont que cinq exemples des près de soixante différents types d’essais extrêmes auxquels une voiture est soumise. Tous ces essais sont plus nécessaires que jamais en raison de l’intégration de systèmes électroniques de plus en plus complexes, grâce auxquels les conducteurs peuvent être sûrs de pouvoir conduire de manière sûre et fiable sur n’importe quelle route et dans toutes sortes de conditions.