Elle s'étale sur une superficie de 2,8 millions de mètres carrés, soit 400 terrains de football et il en sort environ 400 000 voitures par an. Ces chiffres caractérisent l'usine SEAT de Martorell. Mais quels sont les chiffres précis qui se cachent derrière la construction d'une voiture ?

Quatre années s'écoulent entre la conception initiale d'une voiture et sa production. Le point commun entre tous les modèles est que leur histoire commence toujours par un crayon et une feuille de papier. Avant d'arriver au design final, pas moins de 1 000 croquis sont nécessaires. Au centre technique de SEAT, les dessins deviennent des objets en 3D sous la forme de maquettes en argile. Cette étape nécessite au total plus de 5 000 kilos de cette matière rocheuse.

Sur l'usine de Martorell, 6,4 millions de litres de peinture sont utilisés au total chaque année, ce qui serait suffisant pour repeindre la Tour Eiffel une centaine de fois.

La procédure de création d'une couleur nécessite trois années de travail intensif. Sur l'usine de Martorell, 6,4 millions de litres de peinture sont utilisés au total chaque année, ce qui serait suffisant pour repeindre la Tour Eiffel une centaine de fois. Le centre technique emploie plus de 900 ingénieurs chargés du développement des modèles. Ils effectuent pas moins de 55 000 simulations par an pour assurer sécurité et confort au sein des véhicules. Environ 400 tests sensoriels sont menés chaque année sur toutes les pièces et tous les matériaux présents dans l'habitacle afin de séduire les futurs clients.

Avant la commercialisation d'un nouveau modèle, près de 50 ingénieurs soumettent des prototypes à rude épreuve sur plus de 1 200 000 kilomètres, été comme hiver, tout au long de l'année, dans les déserts ou sur les routes givrées.

Dans les ateliers, 2 000 robots s'activent pour assembler les 3 000 pièces qui constituent une voiture. À la fin du cycle de fabrication, 80 % de la production est exportée vers les 75 pays où SEAT commercialise sa gamme.