Martorell, 27/09/2016. - Nous observons deux techniciens porter un casque de réalité virtuelle Oculus dans une grande pièce vide. L'un d'entre eux porte des gants tandis que l'autre tient les commandes. L'un d'entre eux tend le bras pour toucher quelque chose dans le vide alors que l'autre s'accroupit. Puis, ils marchent tous les deux en rond. Nous ne voyons pas ce qu'ils font mais, en réalité, ils sont en train d'analyser la voiture qui sera dévoilée dans quelques jours au Mondial de l'automobile de Paris. « Que penses-tu de cette nouvelle roue ? » « Elle est très bien, c'est parfait », concluent-ils en cœur.

Tout comme dans le secteur médical, scientifique ou dans les jeux vidéo, la réalité virtuelle joue aussi un rôle essentiel dans l'industrie automobile. SEAT utilise cette technologie depuis 20 ans déjà : « Elle nous permet d'optimiser nos processus de production et de visualiser plus précisément le produit que nous allons construire », déclare Javier Díaz, directeur du Centre de prototypage de SEAT. Plus précisément, cette technologie a contribué à réduire de 30 % le temps de production des prototypes, étape préalable au lancement d'une voiture.

Cette différence est absolument considérable. Auparavant, nous utilisions des tables de plus de 10 mètres de long pour étaler les plans, des nomenclatures innombrables de pièces et tout ceci nous prenait des mois de travail. Aujourd'hui, grâce à la réalité virtuelle, un seul ordinateur suffit à visualiser l’intégralité de la voiture et permet de lui apporter toutes les modifications nécessaires très rapidement.

Cette technologie a permis de réduire de moitié le nombre de prototypes à construire avant de lancer un modèle. L'optimisation du temps et des autres ressources rejaillit de manière positive sur le client qui bénéficie d'un produit de pointe et de qualité à un prix abordable.

La nouvelle SEAT Ateca est un pur produit issu de cette technologie. En effet, tout le processus de conception a été effectué par réalité virtuelle : « Plus de trois ans ont passé entre le moment où nous avons vu les premières images et le moment où la voiture a été mise en vente. Pendant tout ce temps, nous avons analysé la voiture centimètre par centimètre et pris de nombreuses décisions afin de lui apporter des améliorations. Concrètement, nous y avons apporté plus de 800 améliorations au cours de cette étape virtuelle », ajoute Javier Díaz.

Les deux techniciens de SEAT enlèvent leurs masques. Pour le moment, il s'agit encore d'un projet secret. Nous devrons donc attendre le prochain Mondial de l'automobile de Paris pour voir la voiture.