Ils sont plus économiques et tout aussi sûrs et performants que les véhicules à essence ou véhicules diesel. Par manque de connaissances ou du fait de leur nouveauté, ces véhicules au gaz naturel véhicule (GNV) sont l'objet de nombreux mythes. Andrew Shepherd, directeur des produits GNV chez SEAT, réfute ces fausses croyances et explique comment ces véhicules respectueux de l'environnement fonctionnent :

1) Les sensations au volant sont-elles les mêmes ? Oui. L'idée selon laquelle la conduite d'un véhicule GNV est différente de celle des véhicules conventionnels est fausse. En réalité, l'expert affirme que « les sensations de conduite sont exactement les mêmes, les performances des moteurs GNV étant identiques à celles des moteurs essence ou diesel, avec la même puissance ».

Plus économiques et tout aussi sûrs et performants, les véhicules GNV font parfois l'objet d'interrogations. L'expert du GNV chez SEAT réfute certaines de ces idées fausses.

2) Le réservoir de gaz est-il aussi sûr ?« Oui, absolument ! Les réservoirs de gaz sont conçus, fabriqués et certifiés selon les normes les plus rigoureuses du secteur, souligne Andrew Shepherd, ajoutant que ces réservoirs de gaz sont équipés d'une vanne de sécurité qui, en cas peu probable d'incendie, libère le gaz dans l'air extérieur de manière contrôlée, évitant ainsi d'endommager le véhicule. » Par ailleurs, les composants ont été testés pour résister « à des conditions extrêmes : la pression maximale du réservoir est d'environ 200 bars mais celui-ci est conçu pour résister à une pression deux fois plus importantes ». Andrew Shepherd qualifie également le mythe selon lequel le gaz peut geler dans des conditions d'utilisation normales « d'impossible » puisque « pour que le gaz naturel se liquéfie, la température extérieure devrait être inférieure à -160° C »

3) Peut-on conduire en cas de niveaux critiques de pollution ? Oui. Ces véhicules ont reçu le label écologique appelé vignette Crit’air 1, ils peuvent donc circuler lorsque les niveaux de pollution entraînent une restriction de l'accès aux centres-villes. Par ailleurs, ce label offre de nombreux avantages aux propriétaires de ces modèles, comme la carte grise gratuite pour la France.

Ces véhicules peuvent circuler jusqu'à 700 km sans avoir à faire le plein, grâce à leurs deux réservoirs de gaz et d'essence.

4) Peut-on continuer à conduire lorsque le réservoir de gaz est vide ? Oui. Lorsque tout le gaz du réservoir a été consommé, la voiture passe automatiquement à l'essence. « Le conducteur peut continuer à circuler sans s'arrêter, un voyant s'allume sur le tableau de bord pour indiquer que la voiture roule à l'essence, explique Andrew Shepherd. » En réalité, grâce à cette double technologie de SEAT, le véhicule peut rouler jusqu'à 1 300 km sans avoir à faire le plein, soit la distance entre Barcelone et Francfort. Faire le plein de gaz est possible dans les pays européens grâce à un réseau de stations de gaz, puisque « le système utilise un pistolet universel ».

5) Peut-on rouler seulement au gaz ? Oui. Les véhicules GNV roule au gaz par défaut, vous pouvez conduire sans utiliser l'autre réservoir. Malgré ça, il est nécessaire de toujours avoir un minimum d'essence lorsque vous devez démarrer votre moteur par temps très froid ou immédiatement après avoir fait le plein de gaz naturel. Cette quantité d'essence doit être consommée dans les six mois qui suivent.

6) Leur coût est-il le même que celui des véhicules traditionnels ? Oui. Le prix de vente de ces véhicules est identique à celui des véhicules essence ou diesel, sans parler de leurs avantages à long terme. Andrew Shepherd souligne également que « cela ne coûte qu'environ 30 € de faire le plein », les voitures GNV « permettent d'économiser 30 % par rapport aux véhicules roulant au diesel et 55 % par rapport aux véhicules roulant à l'essence ».

7) L'entretien du véhicule est-il le même ? Oui. Le fonctionnement mécanique des véhicules au gaz est identique à celui des véhicules traditionnels. « Ce n'est pas vrai que les bougies ou les filtres doivent être changés plus souvent », réfute l'expert SEAT pour détruire le mythe suggérant que les moteurs GNV surchauffent et sont plus chers à entretenir. La seule différence est que « l'étanchéité du système pour le gaz doit être certifiée avant chaque contrôle technique et l'état des réservoirs doit être vérifié visuellement tous les quatre ans par un garagiste spécialisé ». Ces révisions sont la preuve que les véhicules roulant au gaz naturel véhiule répondent aux normes de sécurité les plus rigoureuses.

Selon Andrew Shepherd, tout indique que ce carburant jouera un rôle essentiel en matière de mobilité future, les ventes de véhicules GNV de SEAT ayant augmenté de 18 % en Europe.